PLUME DE LOUVE

Dans ce dessin se trouvent les 4 éléments sacrés des amérindiens :

Le minéral avec la lune, le végétal avec le saule, l’animal avec la louve, la chouette, l’aigle et le serpent, l’humain avec la femme.

L’ensemble peut sembler lourd mais pourtant tout l’équilibre et la force de la nature sont là. Par sa douceur, elle enrobe, apaise et porte. Elle est la douceur de l’animal sauvage.

La louve :

Guerrière solitaire et fidèle, elle voit dans la nuit. Elle fait partie d’un clan, d’une tribu qu’elle protège. Son regard est perçant. Guidée par la lune, elle voit les émotions. Elle porte sur la gueule, l’ombre du serpent de la mèche de cheveux de la femme. Elle est en lien avec le féminin sacré. La lune bleue est à son œil, en opposition aux traces de griffes rouges sur le visage de la femme. Elle est le reflet intérieur de la femme, son âme.

La chouette blanche :

Symbole de la spiritualité féminine et du monde du rêve, crainte ou adorée,  elle arrive en renfort, en position de chasse. Elle donne courage et vaillance à cette femme qui peut lutter. Symbole de messagère avec la spiritualité de la nuit, du féminin profond, émotionnel, elle donne accès à la connaissance des rêves.

Le serpent :

Un serpent dans les cheveux, tous deux en lien avec le féminin sacré, de la puissance, qui s’associent pour contacter l’essence de la petite fille intérieure, enfouie dans l’eau émotionnelle intérieure, pour la protéger.

L’aigle :

Symbole du pouvoir suprême, de la connexion avec le divin, le Grand Créateur, il est le messager qui transmet et qui prend de la hauteur avec les difficultés humaines. Tous les pouvoirs de la connaissance et de la compréhension lui sont attribués.

Pour rester connecter avec la Femme-Médecines, il lui a laissé une plume qu’elle porte dans ses cheveux et dont elle se sert pour disperser la fumée des herbes sacrées.

La saule :

L’ensemble repose sur une feuille de saule. Chez les indiens des prairies, le saule est un arbre sacré, le symbole du renouveau cyclique. Si les rameaux sont plantés en terre et reçoivent un peu d’humidité, beaucoup d’entre eux reviennent à la vie. Les copeaux de saule qui constituent une partie du Kinnikinnik, accompagnent le tabac dans les rituels, notamment dans celui de la pipe sacrée. La saule, symbole des rythmes féminins et lunaires, cherche l’eau, elle-même gouvernée par l’attraction de la lune. Son bois sert dans la composition de l’anneau des capteurs de rêves.

La lune :

Symbole du féminin sacré, elle oeuvre, entourée des étoiles, symboles du masculin sacré. Ensemble, ils donnent l’équilibre. Transformation, croissance, fécondité, elle représente la femme dans tous ses états, la soutient cycle après cycle, au plus profond de son subconscient. La voilà derrière la femme, l’accompagnant durant toute sa vie.

La femme :

Son visage porte les stigmates d’un ancien combat perdu. C’est une femme blessée. Son regard est pourtant fier et fort. La plume dans ses cheveux, symboles ascensionnel, fait monter les prières  au ciel et fait descendre avec clairvoyance les réponses holistiques de guérison. Ici celle d’un aigle, symbole d’état spirituel supérieur, indispensable à l’affrontement des épreuves et libérant des pesanteurs de ce monde. La lune, symbole de la féminité spirituelle, auréole son visage pour éclairer la divinité qui est en elle. Elle voit son visage dans l’eau. C’est elle, mais son reflet est louve, animale, sauvage, puissante mais douce comme la plume.

ENFIN ELLE A COMPRIS.

DÉSORMAIS ELLE EST VAINQUEUR DE TOUTE UNE VIE.

ELLE SAIT QUI ELLE EST.

ELLE EST LE FÉMININ SACRE RÉVÉLÉ.

ELLE EST PLUME DE LOUVE.

 

Gratitude à Anaïs Tartie, belle déesse créative.